festoyer


festoyer

festoyer [ fɛstwaje ] v. <conjug. : 8>
festeer XIIe; de fête
1 V. tr. Vx Faire fête à (qqn), recevoir par un festin.
2 V. intr. Mod. Prendre part à un festin; faire bombance, bonne chère. banqueter; fam. gueuletonner, ripailler.

festoyer verbe intransitif (ancien français feste, fête) Faire bombance, bonne chère ; prendre part à un festin. ● festoyer (difficultés) verbe intransitif (ancien français feste, fête) Conjugaison Attention, le y devient i devant e muet : je festoie mais je festoyais. - Bien noter le i après le y aux première et deuxième personnes du pluriel, à l'indicatif imparfait et au subjonctif présent : (que) nous festoyions, (que) vous festoyiez. ● festoyer (synonymes) verbe intransitif (ancien français feste, fête) Faire bombance, bonne chère ; prendre part à un festin.
Synonymes :
- gueuletonner (populaire)
- ripailler (familier)

festoyer
v. intr. Faire la fête, faire bonne chère.

⇒FESTOYER, verbe.
A.— Emploi intrans. Dîner copieusement en joyeuse compagnie. Quand les fruits sont mûrs, les membres du groupe familial reviennent sur leur territoire pour faire la cueillette et festoyer (PAGE, Dern. peuples primit., 1941, p. 22). Nous partions tous faire la bringue dans des lointaines banlieues, danser, festoyer, boire dans les estaminets du bord de l'eau (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 327).
B.— Emploi trans. Faire fête à quelqu'un en l'invitant à un festin :
... il louait deux domestiques de supplément et faisait venir son dîner d'apparat de chez Chevet, quand il festoyait des amis politiques, des gens à éblouir, ou quand il recevait sa famille.
BALZAC, Cous. Bette, 1846, p. 109.
REM. 1. Festoyant, ante, part. prés. adj. Geffroy devait dîner avec nous; mais le Geffroy de l'heure présente, à la vie voyageuse et festoyante, et qui déjeunait hier à Champrosay chez Daudet, et déjeune aujourd'hui chez le peintre Monet à Vernon, fait défaut (GONCOURT, Journal, 1889, p. 1002). 2. Festoiement, subst. masc. Action de festoyer. Léon Daudet peignait hier l'intérieur de Fournier, le gendre et le successeur de Ricord, un intérieur toujours en festoiement, où l'on ne parle, dans les raouts et les dîners, que des parties naturelles de l'homme et de la femme (GONCOURT, Journal, 1888, p. 771). 3. Festoierie, subst. fém. Synon. de festoiement. La jeune femme emmenait ses amies et les amis de ses amies, qui, les jours suivants, rendaient la collation au voyageur. Il y avait déjà plusieurs jours de festoieries de la sorte, quand le Français demandait au mandarin de le faire arriver à une conclusion (GONCOURT, Journal, 1879, p. 54).
Prononc. et Orth. :[], [fe-], (il) festoie []. Ds Ac. 1694-1762 avec la mention ,,l's ne se prononce pas``. Ds Ac. 1798 et 1835 on renvoie à fétoyer. Ds Ac. 1878 et 1932 sous la forme mod. qui a rétabli la prononc. et l'orth. anc. avec s. En dehors de Ac. jusqu'à LITTRÉ, les dict. admettent les 2 formes. Ils marquent souvent une préférence pour des formes sans s : fêtöyer [] ds FÉR. 1768, FÉR. Crit. t. 2, 1787, fétoyer [fetwaje] ds GATTEL 1841, NOD. 1844, BESCH. 1845, LITTRÉ (qui prononce [] cf. aboyer). La fermeture de la 1re syll. s'explique par la position atone. La présence graph. d'un accent circonflexe (cf. FÉR. 1768) peut maintenir le timbre ouvert. À partir de DG ces formes sont considérées comme inusitées, l's étant rétabli d'apr. festin. Étymol. et Hist. Ca 1170 festeer « célébrer une fête » (Rois, éd. E. R. Curtius, IV, p. 180, 24); 1176-81 festoier « faire fête (à quelqu'un) » (CHR. DE TROYES, Chevalier Charrette, éd. M. Roques, 6812). Dér. de feste, fête; suff. -oyer. Fréq. abs. littér. :35.
DÉR. Festoyeur, subst. masc. Personne qui festoie. Sur les banquettes autour de nous des festoyeurs un peu saouls dormaient déjà (CÉLINE, Voyage, 1932, p. 451). En appos. avec valeur d'adj. Se faire salement agonir par les comités festoyeurs, toujours énormément radins (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 456). [], [fe-]. Aucune transcr. ds les dict. 1re attest. 1896 (ARÈNE, Veine argile, p. 172); de festoyer, suff. -eur2. Fréq. abs. littér. : 2.

festoyer [fɛstwɑje] v.
ÉTYM. V. 1170, festeer « s'amuser »; de feste « fête ».
1 V. tr. (Av. 1453). Vx. Faire fête à qqn.Par ext. Fêter en donnant un festin. || Festoyer ses amis.
1 Souvent le châtelain festoyait ses vieux compagnons d'armes.
Flaubert, la Légende de saint Julien l'Hospitalier, I.
2 V. intr. (1864). Mod. Prendre part à une fête, à un festin; faire bombance, bonne chère. Banqueter, gobelotter, gobichonner (vieilli), manger, régaler (se), et fam. gueuletonner. || Deux jours après la noce, les invités festoyaient encore.
2 Tout ce vieux monde festoie et crève. Et Rabelais intronise une dynastie de ventres, Grangousier, Pantagruel et Gargantua.
Hugo, Shakespeare, I, II, XII.
DÉR. Festoiement, festoyeur.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • festoyer — ou fétoyer (fè sto ié ou fè toi ié ; plusieurs disent fes toi ié ou fé to ié) v. a. Il se conjugue comme employer. Terme familier. Faire fête à quelqu un, le bien recevoir. •   Il semblait que la terre et le ciel, à l envi de Mme du Vigean,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • festoyer — Festoyer. v. a. (l S ne se prononce point.) Bien recevoir quelqu un, le bien traiter, & luy faire bonne chere. Il m a festoyé huit jours durant. festoyer ses amis …   Dictionnaire de l'Académie française

  • FESTOYER — v. tr. Recevoir à une fête, à un festin. Festoyer ses amis. Il est familier. Il est aussi intransitif avec le sens de Prendre part à une fête, à un festin. Il tomba malade pour avoir trop festoyé …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • festoyer —    Faire l’acte vénérien.        Il s’efforçait de trouver manière de la festoyer, comme il avait fait avant que monseigneur fût son mari.    ( Les Cent Nouvelles nouvelles. )         Il ajoutait que, même à la sourdine,    Plus d’un damné… …   Dictionnaire Érotique moderne

  • festoyer — vi. , faire un grand dîner, fricoter : mistonâ (Chambéry). E. : Banqueter, Gourmandise. A1) festoyer (souvent en cachette) : se fétâ <se fêter> vp. (Saxel) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • FESTOYER — v. a. Voyez FÉTOYER …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • s'entre-festoyer — entre festoyer (s ) (an tre fè sto ié ; plusieurs disent an tre fè stoi ié) v. réfl. Se festoyer réciproquement. HISTORIQUE    XVIe s. •   De sorte que nous vivions en toute seureté, et s entrefestoyoit on à tour de role et à l envi, CARLOIX IX,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • fétoyer — festoyer ou fétoyer (fè sto ié ou fè toi ié ; plusieurs disent fes toi ié ou fé to ié) v. a. Il se conjugue comme employer. Terme familier. Faire fête à quelqu un, le bien recevoir. •   Il semblait que la terre et le ciel, à l envi de Mme du… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • festoiement — ● festoiement nom masculin Action de festoyer. ● festoiement (difficultés) nom masculin Orthographe S écrit avec un e muet intérieur. Festoiement correspond à festoyer, verbe du 1ergroupe (comme aboiement correspon …   Encyclopédie Universelle

  • Carême orthodoxe — Le carême est une période de jeûne s exprimant extérieurement par l abstinence de toute nourriture d origine animale. Le Grand Carême n est pas une fin en lui même et sa signification ne peut être saisie qu en regard de sa destination, la fête de …   Wikipédia en Français